La Maison du Zen Shiatsu 禅指圧

La Maison du Zen Shiatsu oeuvre pour l'autonomie et la meilleure conscience de l'être humain pour atteindre la joie de vivre même dans les situations compliquées :-) !

Les Origines de Shiatsu

Ayant son origine dans la tradition thérapeutique orientale, Shiatsu signifie «Pression par les doigts», mais aussi  «direction».

Une ancienne affiche de la pratique Shiatsu

 

Par des pressions, étirements, oscillations et autres techniques tout au long des conduits spécifiques méridiens, le Shiatsu élimine les blocages du flux d’énergie et stimule ainsi le bon fonctionnement des organes et le bien-être du corps entier. »

 

Le Shiatsu fait partie du patrimoine national japonais et est reconnu au Japon en tant que thérapie à part entière.

 

Les principes thérapeutiques du Shiatsu sont étudiés au Japon depuis près de 3000 ans.

Tandis que le Japon se préparait à s’engager dans un conflit qui allait devenir la seconde guerre mondiale, le gouvernement japonais avait ordonné que soient

répertoriées et classifiées l’ensemble des connaissances faisant partie du patrimoine national. Qu’il s’agisse des arts militaires, des beaux-arts ou bien de la médecine, les

détenteurs d’un savoir particulier, destinés à partir au combat, devaient retransmettre leurs connaissances à ceux qui resteraient afin que soient préservés le

patrimoine culturel et la tradition.

 

C’est à cette époque que fut créée la “Kenkô Hojikai” (Fondation pour la préservation de la santé) dont le rôle consistait à rassembler le savoir des experts en médecine traditionnelle comprenant les massages, la physiothérapie, la pharmacopée traditionnelle et les médecines manipulant “l’énergie corporelle”.

 

L’aspect politique après la seconde guerre mondiale a vraisemblablement joué un rôle dans la modification de ces arts pour qu’ils puissent être exportables en dehors du Japon dans les années 70.

 

En effet, après la reddition du Japon et son occupation par les troupes américaines, le Général Mac Arthur a imposé la médecine occidentale comme médecine de référence.
Des intérêts commerciaux étaient très probablement sous-jacents à cette volonté puisque ce militaire n’avait aucun élément lui permettant d’apprécier la valeur du shiatsu. Les notions des énergies, de zen et de hara devaient disparaître en partie du vocabulaire pour être en accord avec la physiologie occidentale.