La Maison du Zen Shiatsu 禅指圧

La Maison du Zen Shiatsu oeuvre pour l'autonomie et la meilleure conscience de l'être humain pour atteindre la joie de vivre même dans les situations compliquées :-) !

Prendre soins de son estomac

Aujourd’hui je voudrais partager avec vous un point de vue particulier sur la vision des médecines holistiques et la recherche des causalités qui, à mon sens, est plus importante que l’acharnement sur la disparation des symptômes.

Récemment, une personne m’as dis qu’il avait été ausculté par un amchi (médecin tibétain) qui en a conclut que cette personne devrait prendre soin de son estomac.

Mais qu’es ce que cela veut dire, prendre soin de son estomac ?

Si je considère que l’estomac est un organe physique, je peux soigner mon estomac au niveau physique. C’est-à-dire, je vais faire un régime spéciale, j’évite les aliments qui m’irrite, et je vais me nourrir d’une autre manière, je vais ajouter des plantes ou des breuvages spécifiques, tout ceci dans une approche « naturelle ».

Mais es ce que cela est suffisant ?

Regardons ensemble ce que le mot estomac et ses symptômes signifient d’un point de vue global.

Le global veut dire que mon estomac n’est pas seulement un organe de fonction mais aussi un porteur d’une énergie qui lui est particulière.

Sous le nom énergie, je peux comprendre son sens (mental, émotionnel, spirituelle physique) ou symbolique.

Le sens symbolique

L’estomac est symboliquement le lieu de la première acceptation du monde extérieur qui pénètre en nous.

Pour vivre en harmonie avec notre estomac, comprenons bien ses trois fonctions essentielles :

L’acidité sert à déstructurer les « morceaux » pour qu’on ne soit pas envahi par leur structure, leur mode de fonctionnement, dans ce sens l’estomac protège le moi intérieur contre tout risque d’influence venant de l’extérieur, en vue de permettre de construire sa maison tranquille.

Une fois son volume rempli, l’estomac procure une sensation de sécurité, de plénitude.  Il est en somme le lieu de l’acceptation du monde, des autres, de la vie et des événements et le lieu du début de la construction de sa propre sécurité intérieure. Un ulcère sera la manifestation d’une souffrance à ce niveau.

Chez les humains, il y a de véritables types de personnalités gastriques qui ont un fort ressenti de « digestif ». Tout ce qu’elles vivent est un morceau à digérer.

La muqueuse de l’estomac est sensible aux conflits de contrariété territoriale indigeste de type relationnel. Il s’agit d’un différend frontalier avec le chef du territoire voisin et/ou un différend à propos du contenu du territoire.

Un conflit avec une personne qu’on ne peut éviter ou qu’on doit côtoyer par obligation.

Il s’agit du conflit de « ne pas pouvoir digérer le morceau ». Supposons qu’un morceau sur-indigeste soit avalé sans être prémâché et que ce morceau empêche tout passage d’autres aliments vers les intestins ou se déroule normalement l’assimilation.

Les cellules de la muqueuse vont alors tenter de sécréter de la pepsine et de l’acide chlorhydrique.

Mais imaginons que leur puissance digestive ne suffise pas. Le morceau est toujours là et ne passe pas. Alors il va falloir que mon cerveau (qui est programmé pour la survie) trouve une autre solution pour désagréger ce morceau au plus vite.

C’est ce qu’il va faire en donnant l’ordre aux cellules de la muqueuse gastrique de se multiplier (effet masse) et de muter en adénocarcinome de façon à sécréter des enzymes plus puissantes capables de digérer en un temps record ce morceau encombrant.

Ces cellules devenues surpuissantes accélèrent la désagrégation du morceau bloqué et libèrent ainsi l’estomac.

Il ne s’agit que d’une adaptation nous permettant de survivre dans un cas extrême ou « l’on ne parvient pas à digérer un morceau trop encombrant », le morceau pouvant être réel, imaginaire, virtuel ou symbolique.

Ceci est très important, comme je le mentionnais déjà dans mon article « Shiatsu- shintai et la biche sauvé ».

Notre cerveau ne distingue pas qu’il s’agit d’une entrecôte de 800 g grammes à digérer ou d’une parole blessante. Si vous vous ne comprenez pas ceci, vous pouvez continuer à boires les tisanes digestives toute votre vie, cela n’arrangera rien !

Quelques exemples:

Cela peut être un homme qui vient d’acheter une maison et qui s’aperçoit qu’il a été floué car cette maison est pleine de malfaçons. Le « morceau » a bien été avalé (contrat signé) mais il ne peut être « digéré » (je ne peux me l’approprier comme je l’aurais souhaité).

À l’estomac, le langage populaire associe d’ailleurs la capacité d’incorporer certaines situations de la vie : « je n’arrive pas à le digérer ! »,

« cela m’est resté sur l’estomac ! »

L’étude du mot (estomac) nous apporte un éclairage supplémentaire qui vient en complément de l’approche biologique.

En hébreu, la racine « qavah », d’où est issu le nom de l’estomac, signifie « appeler », « convoquer », « prononcer».

Toutes les choses sont réunies et s’assemblent. Les ménagères connaissent le cabas, mot issu de la même racine , c’est-à-dire le panier ou toutes nos provisions sont réunies. Pour l’estomac, c’est la même chose, parce que c’est dans l’estomac que tous nos aliments se réunissent le temps de leur digestion.

Ce sens semble assez éloigné du rôle de cet organe, et pourtant…

D’après sa racine, il semblerait que l’estomac soit sensible à ce qui est prononcé et plus particulièrement aux propos que l’on a du « mal à digérer », en particulier ceux qui seraient liés au commandement (Georges Lahy). Cela veut dire que l’estomac est très sensible à l’ordre, à la parole. On pourrait même dire que l’estomac a aussi le rôle de « digérer les commandements, les paroles ou les ordres ».

Sa racine renvoie aussi au mot « qabah » qui veut dire aussi « malédiction » ou « exécration ».

C’est l’estomac qui reçoit directement une malédiction. Malédiction qui signifie « mauvaise parole », « mal prononcer ». On le retrouve en français, dans le mot : in / di/ geste (indigeste).

C’est le « dit » qui n’est pas associé au geste. « Je ne fais pas ce que je dis, donc le geste n’est pas associé à ma parole »

Tous les propos agressifs et exécrables dirigés à notre encontre brûleront dans notre estomac, car son rôle est effectivement de brûler ce que l’on a absorbé. Le vécu d’une exécration sera ressenti au niveau de l’estomac , mais, réciproquement, exécrer quelque chose provoquera des maux d’estomac. » (Georges Lahy)

Point de vue de la MTC

Selon la MTC, l’élément Terre et son couple associé rate-estomac est lié à la nourriture terrestre mais aussi intellectuelle, ma capacité d’analyser et d’accepter les choses et les émotions afin de les digérer.

cycle ko_chen

Selon la théorie des 5 éléments, où chaque organe est considéré dans son ensemble, l’estomac avec la rate (élément Terre) est nourrit par le Cœur et Intestin Grêle (élément Feu) et il nourrit à son tour le couple Gros intestin et Poumon (élément métal).

Le couple rate, estomac contrôle directement le couple Rein, Vessie (élément Eau) et est contrôlé par l’élément Bois ( Foie et vésicule Biliaire).

Comme on peut voir, le déséquilibre d’un organe va se refléter immédiatement sur tous les autres organes.

 

Les brûlures de l’estomac (et  leur forme plus poussée : gastrite, ulcère) sont liées à la stagnation de la chaleur et à l’obstruction de l’énergie de l’estomac. Cette stagnation résulte en premier lieu de l’ingestion excessive d’aliments de nature chaude ou sèche ou d’alcool qui se transforment en chaleur.

Tout le monde a connu ces états d’excès alimentaires.

Mais si je dois me gaver régulièrement de Maalox qui d’ailleurs contient de l’aluminium  après chaque repas bonjour les dégâts !

 

L’autre raison, et je reviens à la symbolique (qui peut se coupler à la première) résulte d’accès émotionnels qui bloquent l’énergie descendante de l’estomac (vers l’intestin grêle), énergie qui se met alors à « chauffer » dans l’estomac.

C’est ma capacité à digérer des nouvelles idées ou des nouvelles situations. Les problèmes de l’estomac surviennent lorsque ma réalité quotidienne est en conflit avec mes désirs et mes besoins, habituellement au niveau de mes relations familiales, amicales ou professionnels.

 Le point de vue de zen shiatsu.

Quand une personne vient me voir avec ce type de problématique, ca sera plutôt un homme (80%) avec une attitude « même pas mal », avec des problèmes aux genoux et une énergie située  en haut du corps, pas d’enracinement, c’est-à-dire que l’énergie monte au lieu de descendre vers la Terre, sa force est répartie plus sur ses épaules, peu d’énergie dans les pieds, il fait semblant être sûr de lui, refoule ses émotions ou essaie de les déguiser.

Si c’est une femme, il y a souvent un conflit avec le père, ou une autorité, une femme plutôt « garçon manqué », plutôt du type yang. Elle a d’autres problèmes au niveau des ovaires, de l’utérus et du cycle de la reproduction en général.

Le symptôme de l’estomac peut apparaître dans le bilan énergétique du hara (mais ce n’est pas obligatoire), soit comme jitsu, soit comme kyo.

Il faut faire très attention lors du bilan énergétique, de ne pas  « vouloir mentalement » que le méridien de l’estomac apparaisse car on peut tomber facilement dans l’approche dite « symptomatique ».

Dans l’esprit du zen shiatsu, un excès ou une déficience d’un organe au niveau énergétique n’est qu’une question  de faculté de notre organisme à entretenir l’équilibre et nous pouvons encourager la circulation du Ki dans ce sens « en nourrissant ce qu’il manque ».

De plus, un praticien expérimenté peut travailler directement au niveau mental, spirituel ou émotionnel.

 Conclusion

Dans cet article, je voulais illustrer ma façon de voir l’approche holistique dans mon travail qui ne se cantonne pas à la suppression du symptôme ou des conseils alimentaires.

Dire que les problème d’estomac sont liés au stress et on vous dit : »Pratiquer la méditation ! », je veux bien, je suis même d’accord, mais à quel niveau se situe ce  stress où il faut  chercher l’information, quel est le ressenti exact ?

Je ne manque pas, quand mon receveur est ouvert d’esprit et désire sincèrement travailler sur lui, de lui donner des pistes de réflexion ainsi que des exercices spécifiques pour comprendre, améliorer et résoudre sa problématique.

Je n’ai pas pu décrire toutes les maladies, liées à l’estomac.

Toutefois, si cela vous intéresse, faites le moi savoir dans les commentaires ci-dessous. :-)